Après une recherche sur internet, on peut trouver pas mal de réactions diverses sur le site devenezvousmême.clown, ainsi que, bien sûr, sur le site de l’armée de terre, et parmi celles ci, une sélection ci dessous :

>>> Faire la guerre avec Amour : par John Jordan, alias Kolonel Klepto, fondateur de la CIRCA.

Avant de devenir le Kolonel Klepto, John Jordan, créateur de Reclaim The Streets, avait attaqué les autoroutes pour y planter des arbres, bloqué les rues pour y faire la fête et envahi la City pour y célébrer les noces du vert, du rouge et du noir. Si l’art du travestissement pourrait lui valoir d’ores et déjà des étoiles de Général, c’est une nouvelle campagne qui s’engage avec le recrutement d’une armée de clowns rebelles. Le clown fait rire, mais en activant la figure du bouffon, il peut aussi faire peur à l’ordre établi. Et qui dit armée dit entraînements, techniques de combat, arsenal et cibles.

Traduit de l’anglais par Emmanuelle Gallienne, à lire par ici sur vacarne.org

 

>>> Rapport sociologique : Les Gendarmes aussi parlent de nous et mènent l’enquête (enfin le sociologue qui bosse pour eux) sur les nouveaux types de rassemblements !

A lire impérativement pour toutes les personnes concernées par les actions de rues et toutes formes de manifestations, de violentes à non violentes, autorisées ou non, légales ou non…

La suite ici : http://rebellyon.info/Rapport-de-la-Gendarmerie.html

 

>>> « Reclaim the Clowns » : sus au militantisme triste…

Marre des grises réunions syndicales et du militantisme tristounet, de l’austérité made in PC, de cette extrême-gauche qui se croit supérieur parce qu’elle fait don de sa Vie à la lutte ? Vous n’êtes pas les seuls. Depuis quelques années, une nouvelle génération militante monte au créneau : des clowns, des saboteurs de 4/4, des barbouilleurs de pub, des monteurs de canulars… Revue de détails.à lire sur Article 11

 

>>> « Tabassage et bizutage, c’est chouette l’armée ! » :

Un ex-sergent lyonnais veut porter plainte pour bizutage

Ce sergent de 24 ans avait fui la base aérienne d’Istres l’été dernier suite à ce bizutage. Selon le Progrès, les autres militaires l’auraient passé à tabac sous les yeux de deux officiers supérieurs. Sa demande de résiliation de contrat avait été refusée auparavant. Depuis, il se cachait pour ne pas être traduit en justice pour désertion. Le 13 janvier dernier, le jeune Lyonnais a enfin vu sa demande acceptée.

Aujourd’hui, le Parquet de Marseille enquêterait toujours sur ce bizutage et aurait obtenu un deuxième témoignage, celui d’un camarade de promotion de l’ex-sergent. Ce dernier a décidé de porter plainte cette semaine pour violences en réunion. A lire sur rebellyon.info.

 

>>> Armée de Terre, le « contre spot » vidéo de recrutement » : à voir en cliquant ici

 

>>> La Brigade Anti Pub, la BAP, détourne la campagne de recrutement de l’armée… compte rendu d’action avec les photos et preuves à l’appui en cliquant ici !

 

>>> « Ce qui permet de gagner, c’est la diversité des tactiques » :  Alors que les auteurs d’un livre consacré aux « nouveaux militants » organisent un week-end de réflexion et de débat sur la question, un clown-activiste de la CIRCA – canal historique de l’action clownesque – a souhaité faire entendre sa voix.

JPEG - 117.5 ko

Une façon pour ce trouffion zélé de faire avancer les pendules et de s’assurer que les clowns ne sauraient être rangés dans une case. Lire la suite ici sur Article 11 !

 

>>> L’armée des clowns, selon wikipedia : si si c’est vrai ya une page officielle sur le « grand » Wikipedia à lire ici !

 

>>> « Du rire comme arme de subversion » sur le blog « les mauvaises fréquentations », de Thierry Savatier :

Si les scientifiques reconnaissent au rire des vertus thérapeutiques, d’autres – détenteurs du pouvoir sous ses formes politiques, religieuses ou économiques – le redoutent aujourd’hui et perçoivent le danger qu’il pourrait représenter pour leur image. Car telle est bien ambiguïté sociale du rire. D’un côté, il joue un rôle de catharsis permettant « l’évacuation de la colère, de la frustration ou de la souffrance, et donc des pulsions de violences que nous éprouvons dans certaines circonstances », ce en quoi il désamorce les risques d’affrontements ou de conflits. Mais de l’autre, il ébranle l’autorité, remet en cause le consensus lénifiant et « ruine en peu de mots, de gestes ou de symboles les stratégies de communication manipulatrices et coûteuses des détenteurs du pouvoir. » Lire la suite en cliquant là ! 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire